La saison des maladies hivernales

Tordons le cou aux idées reçues !

Lorsque la saison fraîche arrive, le corps est plus vulnérable aux microbes et bactéries. Ainsi, tous les ans entre l’automne et l’hiver on se bouscule en catastrophe chez le médecin généraliste. Pour mieux appréhender les maladies telles que rhume, bronchite, grippe… apprenons-en un peu plus sur ces virus qui nous gâchent la vie.

10 Conseils et informations sur les maladies de l’hiver

Un rhume dure toujours 7 jours

Oui et non. Pour le faire durer moins longtemps, il faut être attentif aux premiers symptômes. Nez qui coule ou bouché, migraine, fièvre, éternuements à répétition… Identifier les premiers signes d’apparition du rhume permet de commencer une cure de pro biotiques tant qu’il est encore « jeune ».
Il a été prouvé par une étude australienne que ce traitement aux compléments alimentaires permet de gagner 2 jours sur l’infection. Astuce : manger un yahourt à chaque repas.

Comment faire face aux maladie de l'hiver
Comment faire face aux maladie de l’hiver

Tousser signifie avoir la toux

Non. La toux par contre est salvatrice. C’est un réflexe naturel de l’organisme pour expulser les impuretés présentes dans les bronches. Ainsi, poussière, pollution et virus sont chassés des voies respiratoires. Il arrive de tousser pendant une semaine sans que ce soit la toux mais au contraire un virus qui essaye de s’installer dans les bronches.
Il est inutile d’aller consulter un médecin ou d’acheter en pharmacie des antitussifs. Si elle a un impact négatif sur le sommeil, il suffit de prendre une cuillère de miel avant de dormir. Le miel en plus d’être 100% naturel est bourré d’antioxydants. De plus, son taux élevé en sucre favorise la déglutition qui adoucit le larynx et le pharynx. Il faut consulter si la toux dure plus de 10 jours ou si une fièvre apparaît.

On tombe plus souvent malade quand il fait froid

Oui et non. Il y a autant de microbes en été qu’en hiver. Ce qui donne un terrain propices aux virus ce sont els variations de températures. En effet, l’hiver on passe d’une maison ou d’un bureau chauffés à l’extérieur où il fait frais. Même si on enlève et remets sont manteau, l’amplitude thermique est parfois trop forte. Le corps ne parvient pas à suivre et à s’adapter aussi vite.

Le Coca-Cola soigne la gastro-entérite

Non. Pour arrêter la diarrhée il y a d’autres remèdes, le coca n’a aucun effet là dessus. Par contre, il aide à réhydrater l’organisme, autant que l’eau, le thé ou un bouillon. Le coca étant chargé en sucre, le taux d’énergie de l’organisme remonte vite.

Les vitamines C et D améliorent l’immunité

Oui. Une bonne habitude à prendre : dés les premiers rafraîchissements, intégrer des produits riches en vitamines C et D au régime alimentaire. ils sont de très bons alliés pour stimuler le système immunitaire.

La vitamine C

Une étude italienne a prouvé que la vitamine C aide à résister aux infections. Si elle est prise pendant la maladie, elle freine son développement.
La vitamine C favorise la multiplication des lymphocytes B et T (les globules blancs). Leurs rôles est de détruire les bactéries et autres microbes et virus.
Exemple de consommation : à chaque repas, une portion d’orange ou de kiwi, ou de persil… Le tout est d’atteindre les 110mg de vitamines C dont le corps a besoin quotidiennement.

La vitamine D

Cette vitamine active également les lymphocytes T. Le corps humain en a besoin en moindre quantité. Ainsi, ils sont couverts avec une portion de saumon vapeur ou une boite de sardine, du jaune d’œuf, du chocolat ou du thon rouge cru.

La gastro-entérite s’attrape sur une poignée de porte sale

Oui. Les germes de ce virus se transmettent de deux façons :

  • Par voies aériennes : postillon, toux ou éternuement projettent les microbes sur un rayon de 2 mètres.
  • Par contact : la personne porteuse du virus est très contagieuse pendant les périodes d’incubation et de premiers symptômes.  Lui serrer la main, toucher son téléphone ou une poignée de porte après elle suffit pour accueillir les microbes.
    La seule façon d’éviter la contamination est de se laver les mains très régulièrement.

Le gel hydroalcolique (antibactérien) élimine les microbes

Non. Il détruit 99% des bactéries et seulement si il est utilisé comme il faut. Pour cela, prélever une grosse noisette et frotter minutieusement entre les doigts, els paumes, les dos des mains. Mais aussi les ongles, les poignets et cela jusqu’à ce que les mains soient sèches. Le plus simple est de frictionner en comptant jusqu’à 30. C’est le temps minimum que doit durer un lavage de mains classique pour être efficace.

Le lait réduit l’effet des antibiotiques

Non. Au contraire, les yahourts (lait fermenté) renforcent les effets du traitement grâce à leur teneur en pro biotiques. De plus, ils protègent l’organisme des effets secondaires de la maladie (mal de ventre, diarrhée, nausée). Les anti biotiques causent quelques carences dans la flore intestinale. Les pro biotiques (contenus dans le les produits laitiers mais pas seulement) viennent rééquilibrer l’organisme.

Le vaccin contre la grippe est garanti à 100%

Non. Premièrement, selon l’Institut Pasteur, le vaccin contre la grippe protège de 75 à 90%. Son effet n’est effectif que deux à trois semaines après l’injection. Par contre, elle accentue les premiers symptômes, permettant de l’identifier et donc de la traiter plus tôt. Le vaccin anti grippal ferait éviter 2000 décès par an.
La composition de ce vaccin change tous les ans pour s’adapter au virus. Ainsi, il faut se faire vacciner tous les ans pour être sûr d’avoir la couverture optimale.

Il est obligatoire pour les femmes enceintes

Oui. Pour les femmes enceintes et pour les personnes âgées de plus de 65 ans, le vaccin contre la grippe est obligatoire. La raison ? Une grippe peut rapidement devenir une détresse respiratoire et mettre en danger. La fièvre, quant à elle, augmente les risques de fausse couche ou d’accouchement prématuré.
Toujours pour répondre aux rumeurs : se faire vacciner enceinte n’entraîne pas de problème de santé pour la maman ou l’enfant. Ainsi, pas non plus d’hypertension artérielle, de malformation fœtale ou de diabète gestationnel. Et même au contraire, la transmission trans-placentaire des anticorps maternels protégeraient le bébé pendant 6 mois !

Quelques conseils pour garder la forme en hiver

  • Prendre soin de son sommeil : Les nuits trop courtes entraînes une diminution de la production de globules blancs (système immunitaire). ce qui rend l’organisme plus vulnérable aux agressions et infections.
  • S’activer  : ne pas rester immobile permet d’activer la circulation sanguine. Ainsi, faire du sport permet aux anticorps de se déplacer plus vite dans l’organisme.
  • Éviter le stress : Cela parait évident mais le stress ce n’est pas que psychologique. Lors d’une situation stressante, deux hormones sécrétées par les glandes surrénales sont libérées. Ce sont le cortisol et l’adrénaline. Or, elles font baisser le taux de lymphocytes T et diminue de ce fait l’efficacité du système immunitaire.

La monodiète : qu’est ce que c’est ?

L’intersaison est toujours un cap difficile à passer. Les changements de température vont de paire avec une fatigue inexpliquée.
Si certains passent cette période sans problème, d’autres y sont plus sensibles. La monodiète est une des solutions qui permet d’adoucir cette transition.

Détox de l’organisme

L’impression d’être débordée par tout peut venir d’un trop plein de toxines dans l’organisme. Le principe de la monodiète est très simple : 1 seul aliment pendant 3 jours d’affilée ou bien en continu un seul soir par semaine. Désintoxiquer son organisme c’est aussi simple que ça !

Identifier les toxines

Elles ne sont pas présentes uniquement dans les aliments mais aussi dans le stress et la pollution par exemple. Les toxines qui ne sont pas assimilées par le corps l’affaiblissent, plus elles s’accumulent, plus la fatigue s’installe.
Les principales se trouvent dans la cigarette, l’alcool, le stress, les pesticides, les excès alimentaires…Tout cela se rajoute aux déchets naturels emmagasinés par le corps dûs au renouvellement cellulaire. Sauf que le corps humain est une machine qui n’a pas prévu de place supplémentaire pour stocker et traiter d’autres déchets ! Ce qu’elle a prévu en revanche ce sont des organes dépuratifs (foie, reins, peau et poumons sont tous des filtres).
Quand il y a saturation, cela créé une sorte d’overdose qui se traduit par une énergie en baisse, apparition de boutons, prise de poids… C’est le signal d’alarme pour se lancer dans une cure santé !

Purifier  son organisme

Rien de plus simple, il suffit d’aller à l’essentiel. Le but est d’alléger la charge de travail de la station d’épuration des organes. Attention, il ne faut pas qu’ils ne travaillent plus non plus. Le principe de la monodiète consiste à ne consommer qu’un unique aliment ou famille d’aliment pendant la durée de la cure.

Pourquoi pas plusieurs aliments ?

Pour donner un peu de vacances au transit et plus particulièrement reposer l’intestin et le système digestif. La monodiète est une sorte de jeûne, sauf qu’elle est appréhendée sans stress d’avoir faim puisqu’on mange et boit. Attention encore, ce n’est pas un régime amincissant, il faut voir la monodiète comme une cure bien-être, une remise à zéro du compteur de fatigue.

Quels aliments ?

Il faut choisir en fonction de ses goûts, cependant, lorsqu’il s’agit de ne manger qu’un seul aliment la pomme ou le raisin sont recommandés. Leur apport est intéressant et ils ne sont pas dépourvus de glucides, vitamines et autres nutriments nécessaires au corps.
Pour l’option « famille d’aliment » il faut choisir entre légumes ou céréales. Pas de pomme de terre, les cures bien-être à base de frites et chips n’existent pas !

Les pommes et le raisin sont les meilleurs alliés de la monodiète
Les pommes et le raisin sont les meilleurs alliés de la monodiète

Trouver son rythme

Comme dit plus haut, chacun fait comme il peut en fonction de ses motivations et obligations. Il n’est pas simple de se mettre à table avec ses enfants et de manger… une pomme.
Au maximum la cure doit durer 3 jours, il ne s’agit pas de modifier son régime alimentaire, juste de nettoyer l’organisme. Pas besoin de s’affamer non plus puisqu’il ne s’agit pas d’un régime minceur.

Quelques règles à respecter

– Soyez particulièrement attentive à votre corps aux changements de saisons. L’aspect de la peau est un très bon indicateur !
– Adaptez votre monodiète pour la rendre plus agréable. C’est difficile de manger la même chose pendant 3 jours ! En hiver préférer une diète chaude (soupe de légumes ou pomme cuite au four). En été, miser sur la fraîcheur avec des fruits ou légumes crus.
– Déjà mentionné mais important, en cas de cure stricte de 3 jours non stop, il vaut mieux cibler un moment hors de crise au travail ou à la maison. En cas de stress supplémentaire, repousser la monodiète à une période ultérieure.

Commencer en douceur

L’important est de tenir ses objectifs jusqu’au bout sans se dégoûter puis-qu’idéalement il faut recommencer à toutes les inter saisons. Pour la première fois, il peut être efficace de tester la diète en ne la pratiquant que le soir pendant 3 jours. Si aucune faiblesse supplémentaire n’est constatée, c’est qu’elle est bien tolérée par l’organisme.

Astuces pour les débutantes

Pourquoi ne pas modifier quelque peu le petit déjeuner ? Puis laisser intact le repas du déjeuner à midi et ne manger l’aliment choisi que le soir ? C’est une technique douce qui permet de s’y mettre sans se dégoûter ni s’affamer.

Après la monodiète

Une fois la cure terminée, gare au craquage ! Car même si le corps a des réserves et pourrait tenir plus, les pulsions ne se contrôlent pas. Les premiers jours, il vaut mieux reprendre une alimentation normale en douceur. Ne consommer que très peu de protéines animales (viande, poisson), céréales et légumineuses. Cela pour ne pas brutaliser le système digestif qui s’est reposé pendant la monodiète.
Ces aliments difficiles à digérer demandent trop de travail à l’organisme et risquent de provoquer des douleurs gastriques et ballonnements.
Pour sortir paisiblement de la cure et en ressentir un maximum de bienfaits, il faut s’aérer à la fois physiquement et moralement. Marcher, boire de l’eau, méditer, respirer profondément et les effets se feront sentir immédiatement.
Un sommeil plus profond et réparateur, disparition des problèmes cutanés, bonne résistance au stress. Et une crainte en moins pour la prochaine mauvaise passe : hop une cure de monodiète !

Le calcium hors des produits laitiers

Le lobby marketing laisse penser que le calcium n’est contenu que dans les laitages (fromages, yaourts, crèmes, lait…). Or c’est une information déformée. Le calcium est contenu dans bien d’autres aliments qui en plus sont moins gras donc meilleurs pour la santé !

Le calcium dans les aliments

Notre régime alimentaire doit être composé entre autres nutriments de calcium. Essentiel à la densité de notre masse osseuse, il se trouve dans de nombreux aliments en dehors des produits laitiers.

Pourquoi le calcium est-il important ?

Le calcium est un sel minéral. Il est le principal nutriment qui nourrit les os du squelette tout au long de la vie. Comme il n’est pas fabriqué naturellement par le corps, il faut en apporter quotidiennement par l’alimentation. Il ne se fixe pas dans l’organisme et a besoin d’être régulièrement renouvelé par de nouveaux apports.

Attention aux idées reçue

Le calcium est nécessaire pour le maintien en bonne santé des os du corps humain. Mais il n’est pas utile, voire même dangereux, de consommer des produits laitiers en trop grande quantité.

Le lait infantile est important pour favoriser un bon développement du capital osseux des bébés
Le lait infantile est important pour favoriser un bon développement du capital osseux des bébés

La controverse autour du lait après la croissance

L’absorption de lait de vache est indispensable pour les bébés afin de développer leur squelette. Très riche en calcium, le lait apporte les nutriments nécessaires pour forger l’architecture osseuse.
Vers l’âge de 3 ans, le lait de croissance n’est plus utile. L’individu est développé et peut manger des légumes et autres aliments aussi riches en calcium.

Quels aliments contiennent du calcium ?

Les végétaux, les sardines et l’eau principalement. D’ailleurs pendant 7 millions d’années (et encore sur la majorité de la planète), l’être humain n’a pas consommé de lait animal ! Cela montre bien que le lait n’est pas essentiel pour les besoins physiologiques en calcium.

Les légumes

Les plus intéressants sont les choux et les brocolis. Les épinards contiennent aussi un peu moins de calcium et du fer.

Un smoothie au brocolis, aussi simple à boire qu'un verre de lait !
Un smoothie au brocolis, aussi simple à boire qu’un verre de lait !

Les fruits

Certains contiennent jusqu’à 200 mg de calcium pour 100g, ce qui est très intéressant comme apport. Par exemple : les oranges, les amandes, certaines noix et graines.

Les sardines

Très bonne source de calcium (jusqu’à 20 mg) à condition de consommer les arêtes ! Les sardines en boîte sont souvent découpées en filets donc sans désarêtées.

L’eau

L’eau minérale en bouteille ou l’eau du robinet sont un vecteur intéressant de calcium. Son avantage : son calcium est très bien assimilé par le corps, personne ne digère mal l’eau ! Les eaux plates ont un meilleur apport que les eaux gazeuses mais la différence est faible. Cela dépend du dosage des autres nutriments compris dans l’eau : sulfate et bicarbonate.

Combien de calcium faut il sur une journée ?

Plusieurs réponses sont disponibles, tout dépend du  destinataire. Quelqu’un de malade des os (atteint d’ostéoporose) ou un enfant ou encore une personne âgée, femme ménopausée ou enceinte ou encore un sportif, la dose est à adapter. Il est conseillé de demander l’avis d’un médecin nutritionniste.
Généralement il faut consommer :

  • Adolescent : 1 200 mg par jour
  • Adulte : 900 mg parjour (pour une femme de moins de 50 ans)
  • Femme enceinte : 1 200 mg par jour
  • Personne âgée et femme de plus de 50 ans :  1 200 mg par jour

Pourquoi faut il diminuer le lait quand on est adulte ?

Pour une question de digestion, le lait de vache n’est pas compatible avec l’estomac humain. Il est consommé par les nouveaux nés car il est liquide et facile à administrer. De plus, à cet âge, les bébés ne sont pas encore sensibles du tube digestif et de l’œsophage.
Ainsi, il y a du calcium dans d’autres laits d’animaux, comme le lait de brebis ou de chèvre, plus digestes. Plus d’informations sur la teneur en calcium des aliments.

Crédit photo : Pixabay

Contre l’hypertension artérielle : enfin un régime sans carence

Contre l’hypertension artérielle : enfin un régime sans carence !

Les programmes de régimes ne manquent pas dans les magazines, sur internet, chez les diététiciennes, à la télévision. Mais le recul nous a montré que certains diètes trop restrictives créaient des carences relativement graves. Le régime Dash promet une perte de poids tout en restant en bonne forme physique.

La théorie

Voilà maintenant 5 ans que ce régime est recommandé par le congrès des experts de la santé. DASH est l’acronyme de Dietary Approaches to Stop Hypertension (autrement dit « approches diététiques pour stopper l’hypertension »). Il a été conçu dans les années 90 par des chercheurs en vue de faire baisser la tension des patients concernés.

Principe de base

  • Augmenter sa consommation de produits naturels : Privilégier les fruits (secs et frais), légumes, céréales complètes, produits laitiers sans matière grasse.
  • Réduire la prise d’acidifiants : Diminuer le sel, sucre et les graisses saturées.

Reprogrammer ses habitude de consommation

Il faut oublier les termes « phase d’attaque » ou « stabilisation ». Le terme régime est déformé, le régime alimentaire constitue les habitudes alimentaires d’un individu, pas une diète restrictive.
Ainsi le régime Dash vise à bouleverser en profondeur son approche de l’alimentation. Pour modifier durablement ses habitudes et retrouver la ligne tout en étant en bonne santé.

Le résultat visé

Perdre 2 kilos sur le premier mois de régime. Si cette méthode d’alimentation est bien tenue, le poids de forme est atteint au bout de 6 mois de pratique. Ensuite, il n’y a plus qu’à continuer pour se maintenir à ce poids. De plus, il éloigne les risques de pression artérielle.

Pourquoi ce régime fonctionne ?

L’apport important de plusieurs nutriments (potassium, calcium, magnésium, fibres et antioxydants) ajouté à une alimentation dépourvue de gras saturé et en cholestérol a prouvé son efficacité sur la baisse de la tension. Se rendant compte que les patients atteint d’hypertension maigrissaient, les diététiciens ont décidé de rendre ce régime public.
Plutôt riche en antioxydants (bêta-carotène, flavonoïdes, lycopène, phytostérols et lutéine), le régime Dash apporte des bienfaits sur la santé en général, pas uniquement au niveau cardiovasculaire.

Comment commencer ?

Accessible ce régime nécessite néanmoins d’être assez persévérant. Il ne promet pas des pertes de poids vertigineuses dés le premier mois, mais un réel changement sur le long terme et une meilleure qualité de vie.

Dash 2 en 1 - Ce régime lutte contre la tension artérielle tout en faisant perdre du poids
Dash 2 en 1 – Ce régime lutte contre la tension artérielle tout en faisant perdre du poids

Consommer plus de fibres solubles

Elles donnent moins de travail à l’estomac en se dissolvant plus rapidement. Exemple : l’avoine cuite (gruau), l’orge pelé cuit, le pain au son d’avoine, le quinoa cuit, le pain de seigle, les galettes de sarrasin, le pain au sarrasin noir aussi, les céréales chaudes…
Des légumes cuits sont aussi dans cette catégorie : artichaut, navet, asperge, brocolis, choux de Bruxelles, haricots verts, oignons et patates douces.
Des fruits : pomme, figue, poire, mangue, pamplemousse, pêche et orange.

Diminuer sa prise de sel

La bête noire des régimes occidentaux depuis l’apparition des plats préparés. Une consommation importante de sodium entraîne la rétention d’eau au sein de l’organisme, ce qui augmente la pression dans les vaisseaux sanguins. C’est pour cela que les personnes souffrant d’hypertension doivent diminuer le sel !
Quelques chiffres : 80% du sel ingurgité chaque jour vient des aliments transformés. Seulement 10% est rajouté manuellement pendant la cuisson ou juste avant de manger.

Attention aux aliments carnés

C’est à dire la charcuterie et le fromage riches en acides gras saturés, ils sont l’ennemis du système cardiovasculaire si consommé avec excès.

Rétablir son équilibre alimentaire

Ce régime a l’air si simple tant il n’est pas contraignant ! Les effets sont prouvés car il est pratiqué depuis longtemps par des patients suivis de près par des médecins. Des prises de sang régulières démontrent un bon équilibre de l’organisme pendant le régime.
Cela parait évident mais pas assez appliqué vu le nombre de personne qui se trouvent trop grosses : Cuisiner maison le plus possible, avec des produits frais et brut. Ça ne coûte pas plus cher et fait chuter le taux de sodium ! Pas de diète radicale, des petits écarts tolérés tant que la consommation est adaptée. Adieu kilos superflus !

Les activités douces pour garder la forme

Vous ne parvenez pas à vous motiver à faire du sport et pourtant vous savez que ça vous ferait du bien. Bien souvent se lancer effraie. Il existe pourtant des activités douces permettant de garder une silhouette svelte (et de se permettre quelques écarts alimentaires).

Activité sportive douce

Chacun trouve ce qu’il veut dans la pratique du sport : se défouler, se changer les idées, se recentrer, se muscler… Il y a autant de motivations que de disciplines !

Top 9 des activités douces pour une bonne hygiène de vie

Faire du sport ne veut pas forcément dire dépasser ses limites. Voici quelques idées d’activités sportives douces pour garder un corps dynamique et en bonne santé.

La marche à pieds

A la portée de tous, ce sport est facile d’accès. Il suffit de l’inclure dans la routine quotidienne, après cela devient un besoin. Nos vies sont trop sédentaires, assis devant un ordinateur toute la journée.
Marcher est un très bon moyen d’améliorer les capacités respiratoires, de faire travailler les muscles liés à la posture. La marche prévient aussi le diabète et l’obésité.
Conseils : Pratiquez tant que vous le pouvez, dés que vous en ressentez le besoin, minimum 3 fois 30 minutes par semaine pour ressentir les bienfaits.
Choisissez de préférence un lieu agréable, aéré et loin des voitures pour laisser libre cours à votre esprit. Et surtout, choisissez de bonnes chaussures !
Un bon massage après une longue marche est recommandé, surtout si vous avez des antécédents de problèmes osseux dans la famille.

La randonnée

Une randonnée est l’équivalent d’une longue marche (une dizaine de kilomètres) et se pratique en pleine nature. Pas de panique, ce n’est pas un trail ni de l’escalade !
Les différences de niveaux (descente, montée, passage caillouteux ou un peu glissant) font travailler les muscles des jambes et les fessiers plus en profondeur que la marche. Elle est parfaite pour les personnes souffrants d’ostéoporose.
Conseils : chaussures de randonnée obligatoires, montantes et qui tiennent bien la cheville. Une bouteille d’eau pour s’hydrater (un verre toutes les 20 minutes).

Le vélo

Ce sport ne donne pas l’impression de faire d’effort et pourtant il est excellent pour le cœur et les capacités respiratoires. Mais il muscle également les fessiers et les cuisses tout en assouplissant les articulations. Idéal pour garder la ligne sans souffrir et en se baladant, cette activité est un vrai plaisir.
30 minutes maximum par séance pour commencer. Faites une pause toutes les 10 minutes pour boire un peu.

La natation

En piscine, en mer ou en rivière, nager est un des sports les plus accessibles et complet.
La natation est un sport ultra complet. Le corps flotte porté par l’eau, ce qui donne une sensation de légèreté alors qu’on est en perpétuel effort. Particulièrement conseillée aux personnes en surpoids qui souffrent des articulations, la nage fait travailler tous les muscles en douceur. Elle favorise l’oxygénation et la circulation sanguine tout en poussant le corps à dépenser d’importantes quantités d’énergies (grâce à la température de l’eau).
La nage recommandée pour un maximum d’effort sans douleur et des résultats rapides sur la silhouette et la musculature est le dos crawlé. La brasse n’est pas très efficace, sauf si elle est nagée sur le dos.
A pratiquer une demi heure, entre une et trois fois par semaine.

L’aquagym ou aquabike

Les activités sportives dans l’eau étaient réservées aux cabinets de kinésithérapeutes pour la rééducation. Depuis, elles ont démontré leurs bienfaits, entre autre sur la silhouette.  Elles se sont donc répandues à presque tous les centres sportifs équipés de piscine. Il existe même des établissement dédiés au vélo dans l’eau, en cabine ou en cours collectif.
Comme la natation, ces disciplines stimule toutes les articulations et chaque muscle, active la circulation lymphatique et améliore l’endurance et le souffle.
A pratiquer avec un professeur au début, à raison de 30 minutes 1 à 3 fois par semaine.
Astuce : vérifiez la température de l’eau, au delà de 28°C, votre séance aura un effet encore plus relaxant.

Le golf

On ne pense au sport comme un golf et pourtant il est aussi bénéfique que la marche ! En améliorant la tenue du dos, la posture et le soufre, ce sport fait marcher sans s’en rendre compte.
En effet, la concentration se porte sur une cible à atteindre, les efforts ainsi générés passent inaperçus !
Pratiqué en plein air, le golf a des vertus déstressantes. Il fera travailler les muscles des épaules et du dos tout en améliorant la souplesse de l’intégralité du corps.
Le swing peut faire très mal si le geste est mal maîtrisé ! Ainsi pour commencer, prenez des cours avec un prof qui vous montrera les bonnes positions. De plus, un parcours est long d’au moins 6 kilomètres (soit 4 heures de marche avec un caddie de 12 kg à tirer) !
Échauffement indispensable !

Le yoga

Trop souvent prise pour de la méditation, le yoga ne passe pas pour une activité sportive. C’est faux ! La pratique consiste à enchaîner les postures en douceur. Tout en gainage, le yoga qu’ils soit doux (« yin ») ou énergique (« power ») est accessible à tous, même les moins souples, ce sport s’adapte à votre corps !
Puissant assouplissant pour les articulations, le yoga aide à se concentrer sur la respiration. Bien faire circuler l’air en respirant par le ventre est le point de départ pour bien réaliser les postures.
Professeur obligatoire pour les premières séances car les courbatures sont fréquentes si les postures sont mal réalisée ou trop poussées. Il existe de nombreux cours sur internet pour pratiquer ensuite où on veut à la maison, sur la plage…
Ce sport est économique et ne nécessite qu’un tapis souple et une tenue confortable.
Pour la pratique c’est chacun son rythme. Pour cultiver zen esprit zen toute la semaine, une fois 15 minutes par jour est idéal !

Le stretching

Traduction de l’anglais pour étirement », cette discipline s’adapte à chacun. Généralement sur de la musique pour donner une cadence, celle ci n’est pas forcément très rythmée pour permettre d’aller au bout des mouvements.
Proposé par toutes les salles de sport, le stretching est considéré comme une gym douce. Il y a plusieurs niveaux de cours qu’on soit débutant ou avancé.
Consistant en une série d’étirements, ce sport vise à développer les muscles un peu contrariés par le stress. Il permet de muscler spécialement le dos en pratiquant le gainage et améliore le souffle.
Le but étant de décontracter les muscles, il ne faut pas ressentir de douleur durant l’effort. Si c’est le cas c’est qu’il y a contraction, c’est pourquoi le professeur est indispensable !
A pratiquer deux à trois fois par semaine sur des séances de 45 minutes à 1h.

Le Tai Chi

Le Tai Chi Chuan est un art martial asiatique qui ressemble à une danse. Comme le yoga, il s’agit d’enchaîner des postures en douceur, cette fois sous forme de chorégraphie. Cette technique d’assouplissement fait travailler la mémoire car il faut enchaîner 24 postures.
Le principe est d’imiter la nature à travers la gestuelle. Les postures s’intitulent par exemple « séparer la crinière du cheval ».
De plus en plus pratiqué en France, cette discipline demande de la concentration et oblige à bien gérer sa respiration pour ne pas s’essouffler.
Le Tai Chi est devenu populaire car la succession de postures permet de faire travailler l’intégralité des muscles. Favorisant la concentration, il permet de détoxifier le corps et de déstresser l’ensemble des organes. Cette discipline est excellente pour améliorer l’équilibre, les réflexes et la circulation lymphatique.
Il sera difficile de se souvenir de tous les enchaînements au début ! Pas de panique, de nombreux cours sont dispensés partout en France.
A pratiquer 2 à 3 fois par semaine, il suffit d’enchaîner les 24 mouvements pendant 1 heur idéalement. Une fois que vous êtes capable de retenir les postures, elles sont réalisables à a maison, seul.

 

Qu’est-ce qu’un podologue ?

Pauvres pieds !

Les pieds supportent tout notre squelette dés que l’on est en position debout, c’est à dire quand nous marchons, faisons nos courses, le ménage ou même notre sport.
Ils encaissent donc de violents chocs, par exemple pendant une session running et doivent faire preuvent d’endurance, comme pendant de longues balades ou lors de sorties en soirées avec des amis.
Mais même en position assise ils nous sont indispensables, comme au volant ! Pendant les longs embouteillages, ils doivent rester contractés…
Bref, les pieds ont la vie dure et doivent être chouchoutés. Bonne nouvelle des professionnels de la santé se sont penché sur le bien-être de nos pieds mais leurs métiers sont méconnus. Nous vous proposons de décortiquer aujourd’hui la profession de podologue.

Que fait un podologue ?

On recense autour de 12000 podologues en France ! Ce métier mal connu mériterait pourtant de l’être car d’après les statistiques 2 français sur 3 se plaignent d’avoir mal aux pieds.

Voici quelques exemples en pratique de ce que fait un podologue :

Corrige la posture

Avez-vous remarqué que vos chaussures s’usent toujours au même endroit et pas uniformément ? Si oui, c’est que vous vous tenez mal ! Le podologue fera un bilan afin de vérifier vos appuis de marche et vous orientera vers des semelles orthopédiques discrètes à insérer dans vos souliers préférés.

Il est d’ailleurs conseillé de consulter un podologue dés 4 ans afin de bien se tenir debout et de tenir une bonne posture en marchant dés le plus jeune âge.

Soigne les « oignons »

Terme technique « hallux valgus », il s’agit d’une déformation ostéo-articulaire qui apparaît sur le côté du pouce de pied et qui forme comme une boule rendant la marche et le port de certaines chaussures difficiles. Cette malformation est plus fréquente chez les femmes, où elle fait son apparition après la ménopause.

Le podologue proposera un traitement adapté afin de rétablir l’anatomie du pied avec une orthèse spécialement moulée sur mesure ou des semelles en silicone selon l’implantation de l’os.

Traite les ongles bleus et mycoses

Il arrive que l’ont ait une tâche sur un ongle de pied, si elle est bleue c’est un hématome dû à des chaussures trop petites ou des ongles trop longs, ce qui provoque une pression trop importante et donc un saignement sous l’ongle. Le podologue évacue cette poche de sang. Attention, si vous attendez trop avant de consulter, l’ongle peut se décoller et met jusqu’à un an pour repousser et reprendre son aspect originel !
Si la tâche est jaunâtre il s’agit probablement d’une mycose, c’est un champignon contagieux qui détruit l’ongle, le podologue vous orientera sur un vernis antimycosique. Vous devrez l’appliquer pendant plusieurs mois chaque jour !

Différences avec un pédicure

Le podologue ecomme nous vous l’avons expliqué » est un médecin des pieds, il va déceler les infections et maladies et les traiter. Le pedicure s’attache plus au côté esthétique des pieds et va

Quand prendre rendez-vous avec ce professionnel des pieds ?

Comme pour le reste du corps, nous sommes tentés de répondre « dés l’apparition de quelque chose d’anormal » mais de manière générale, il est conseillé de  rendre visite à un podologue une fois par an, à titre préventif.

Chaque année en France est organisée une journée de dépistage et de prévention pour la santé des pieds. Plus de renseignements sur le site de l’UFSP (Union Française de la Santé des Pieds). Un bon moyen de découvrir à la fois la profession et de faire un check-up de vos petons.